LA RELATION À L’ÉCOLE

  • Chef de projet: Paulina Filz
  • Analyse-data: Margaux Cholvin
  • Designer-graphiste: Nathan Marotte et Clara Seurat
  • Webmestre: Amélie Leveque et Yasmine Benzohra

Dans le cadre de notre projet de premier semestre pour notre UE LIBRE: “Enjeux de l’éducation au XXIème siècle”, nous avions pour mission d’étudier la relation à l’école, nous sommes des étudiants provenant de diverses filières: 4 filles (psychologie), 1 fille (géographie) et un garçon (biologie).

Nous avons pour projet de monter un débat solide concernant la relation à l’école et son développement. Le sujet étant très vaste du fait qu’il englobe de nombreux critères et de nombreux domaines (que nous nous attarderons à vous présenter grâce à ce blog). Nous avons décidé d’axer nos recherches sur 3 domaines particuliers:

  1. La sectorisation/spécialisation empêche la multidisciplinarité et la préparation à l’avenir (débouchés professionnels), à cause d’une mauvaise mise en valeur des compétences
  2. La révision du système pédagogique, du système d’évaluations et des exigences
  3. L’adaptation au 21ème siècle

Pour alimenter notre raisonnement et notre argumentation nous avons utilisé diverses ressources de comme de nombreux magazines, articles scientifiques, livres, podcast, etc.

En plus des recherches effectuées dans les 3 catégories établies, nous avons réalisé et établit un certains nombres de questions relatives aux sujets auxquelles nous avons tenté de répondre en fixant notre point de vue, de manière à étoffer notre démonstration nous avons effectués un sondage (contenant lesdites questions) qui a été soumis à de nombreux sujets, d’âge, de sexe et de mentalités différentes, ainsi nous avons bénéficié de la contribution de 221 participants, ce qui nous a été extrêmement bénéfique pour construire une argumentation solide.

Nous avons donc eu recours à l’utilisation d’un “google doc” très utile dans le cadre d’un travail de groupe puisque cet outil nous a permis de travailler simultanément sur des sujets différents tout en donnant accès aux autres membres du groupe à notre travail qui avaient la possibilité d’effectuer certaines modifications.

Chacun des membres du groupe s’est investi à part égale dans le travail, ce qui a permis une progression rapide et efficace du projet.

Lors de la dernière séance, nous avons décidé de s’accorder sur quelques questions avec l’autre groupe de manière à lancer le débat de manière plus fluide, en effet nous ne voulions pas nous fixer sur un positionnement manichéen qui aurait pu rendre le débat stérile dès le début.  

Ci-joint le travail effectué sur le google drive tout au long du semestre:

Est ce que l’attachement qu’on a à l’école (le milieu familial) change, les missions de l’école? faire un citoyen?Est ce que l’école offre toujour une promotion? possibilité de se former en ligne? est ce que cela vaut encore le coup d’aller à l’école, de mettre de l’argent dans l’éducation nationale? la fonction éducative est de plus en plus présente/importante, est ce le rôle de l’école ? les attentes du public par rapport à l’école changent ? est-ce que l’école creuse les inégalités? y a t’il un nivellement par le bas ? qu’est ce que l’école évalue? il ne s’agit plus de mémoriser de l’information mais d’avoir la capacité de l’exploiter et de réfléchir.

→ Position POUR une école plus “traditionnelle” (idée de l’école de Jules Ferry, former des citoyens qui vont agir pour la nation) ? ou POUR une école du XXIème siècle, une école “différente”, plus progressiste (l’école doit permettre à l’enfant de se réaliser )? 

 

OUI

NON

Est-ce que la mission de l’école est de faire un citoyen?

   X

 

Est-ce que l’école offre tj une promotion ?

 

X

La possibilité de se former en ligne est-elle bénéfique?

X

 

Cela vaut-il tj le coup d’investir dans l’éducation nationale?

X  

La fonction éducative de plus en plus présente de l’école est-elle légitime/ nécessaire?

X

 

Les attentes du public changent-elles par rapport à l’école? Et si oui quelles sont elles?

X

 

Comment l’école creuse t-elle les inégalités?

 

La sectorisation et la spécialisation.

 

X

 

xxx: questions choisies pour lancer le débat

Est-ce que la mission de l’école est de faire un citoyen?

Faire un citoyen : L’une des missions de l’école est de rendre l’élève citoyen. L’un des rôles du prof est d’inculquer des valeurs patriotiques et de respect aux élèves. Le parcours citoyen de l’élève est inscrit dans le projet global de formation de l’élève. Il s’adresse à des citoyens en devenir qui prennent progressivement conscience de leurs droits, de leurs devoirs et de leurs responsabilités.

Le parcours citoyen permet d’aborder les grands champs de l’éducation à la citoyenneté :

  • la transmission des valeurs républicaines et du principe de laïcité ;
  • la culture de l’égalité entre les sexes et du respect mutuel ;
  • la lutte contre toutes les formes de discriminations et en particulier la prévention et la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, notamment à travers l’ouverture sur l’Europe et le monde.
  • la prévention et la lutte contre le harcèlement ;
  • la lutte contre l’homophobie ;
  • l’éducation à l’environnement et au développement durable ;
  • l’éducation aux médias et à l’information.
  • l’éducation à la défense

Ce parcours prend également appui sur la participation de l’élève à la vie sociale et démocratique de la classe et de l’école ou de l’établissement. Il se bâtit enfin en lien étroit avec l’ensemble des partenaires de l’École.

Est-ce que l’école offre toujours une promotion ?

D’après le sondage:

OUI – 38%

NON – 58%

A la suite de la révolution industrielle, de nombreux fils d’ouvriers ont bénéficié d’une promotion sociale. En effet à partir de ce moment là, les fils de cadres étaient insuffisants pour correspondre aux besoins en cadre de la société. De ce fait, il a fallu chercher des fils d’autres CSP/PCS pour combler ces besoins. Les individus ont alors bénéficié d’une promotion sociale. Or aujourd’hui, on dit que l’ascenseur social est en panne puisque les besoins en cadre de la société sont comblés.

Ainsi la promotion sociale et donc implicitement économique occasionnée par l’école est toujours présente même si elle n’est plus aussi importante et notable par rapport aux années précédentes. Puisque dorénavant des personnes de milieux “défavorisés” peuvent avoir un accès à la culture qui est favorisée par l’école par le biais de sorties culturelles auxquelles ils ne pourraient pas avoir accès normalement faute de moyen. Ainsi ces individus sont de ce fait confrontés un environnement plus stimulant intellectuellement parlant dans le sens où cela est en accord avec les normes sociales, ces personnes peuvent alors par la suite chercher à s’élever, en travaillant plus ainsi elles réussissent généralement mieux ce qui leur permet d’avoir accès à des écoles qui permettent d’avoir accès à des postes à plus hautes responsabilités par exemple. Mais cela reste à nuancer puisque de plus en plus les normes familiales ne sont pas en accord avec les normes scolaires, de ce fait l’importance accordé à l’école peut avoir tendance à diminuer au cours du temps et donc la possibilité d’une promotion sociale. Finalement cela dépend de l’importance que chacun accorde à l’école et les avantages qu’elle permet.

La possibilité de se former en ligne est-elle bénéfique?

Résultats du sondage:

OUI – 67%

NON – 33%

Les nouvelles technologies nous permettent aujourd’hui de se former en ligne.

  • La possibilité d’accéder à des cours en ligne est donc bénéfique car elle permet à chacun d’avancer à son rythme. Choisir son temps de formation permet de continuer à vivre sa vie, à travailler, à s’occuper de ses enfants tout en préparant un diplôme. Un des atout principaux de la formation en ligne est qu’elle est accessible à un public très large.
  • Cela peut également être une opportunité pour les personnes qui ne peuvent pas forcément se déplacer et se rendre à l’école (personnes handicapés, personnes souffrantes de phobies sociales, personne qui vivent trop loin de l’école,…).
  • De plus, elle permet l’approche de sujets qui nous intéressent réellement sans que nous soyons contraints d’étudier des sujets imposés qui ne nous intéressent pas.
  • C’est aussi une solution pratique car elle se révèle généralement économique.
  • Le principal désavantage de la formation à distance est l’isolement. En effet, lorsqu’on choisit de suivre une formation en ligne, on est constamment face à son cours et son ordinateur. On ne peut pas échanger avec des camarades.
  • Ainsi  si on veut que la formation en ligne soit efficace, il est nécessaire d’être rigoureux, sérieux et motivé.
  • De plus, même si la formation est généralement économique, elle a tout de même un coût.

Cela vaut-il toujours le coup d’investir dans l’éducation nationale? De ce fait quelles modifications faudrait-il apporter au système pédagogique actuel?

Actuellement selon l’avis de nombreuses personnes il est nécessaire d’effectuer des changements dans l’éducation nationale, il est donc important et nécessaire d’encore investir dans l’éducation nationale. Pour beaucoup, il faudrait surtout revoir le système pédagogique, ainsi il faudrait former le corps enseignant pour réagir de manière adéquate face à certaines situations. Par exemple de nombreux individus continuent les études en se dirigeant vers une filière générale plutôt que de se diriger vers une filière professionnelle qui correspondrait peut-être mieux à leur profil, ainsi il faudrait former les enseignants de manière à aiguiller correctement les individus. Il faudrait que les enseignants soient en mesure de valoriser les compétences de chacun pour les diriger vers ce qui leur correspondent le mieux.

De plus, il faudrait mettre à disposition des élèves des formations axées sur des futurs métiers de manière à s’orienter plus précisément en ayant une réelle connaissance de la réalité du métier.

Il est important de noter qu’il faudrait également apprendre aux élèves des choses utiles pour ces derniers dans l’exercice de leur futur métier comme former et habituer les élèves à la prise de parole face à un auditoire et donc les former à argumenter et à défendre leur point de vue. Beaucoup de personnes souhaitent modifier un des aspects importants de l’éducation nationale actuelle, en effet pour beaucoup l’éducation repose sur un apprentissage par coeur sans une réelle explication, il n’y a pas d’implication concrète, ainsi il serait judicieux d’inclure une place plus importante à la pratique dans les systèmes scolaires.

La fonction éducative de plus en plus présente de l’école est-elle légitime?

D’après le sondage: OUI – 88% NON – 10%       

Selon beaucoup de personnes la fonction éducative qui est déjà plus ou moins présente à l’école est considérée comme légitime. Il y a cependant une nuance à apporter à ce point de vue, en effet certaines personnes estiment que l’école doit venir confirmer une éducation qui a déjà été faite par les parents, c’est à dire par l’un des premiers agents socialisateurs dans la vie d’un individu. La majorité pense ainsi que l’école doit jouer un rôle dans l’éducation des individus car éduquer des individus revient donc à éduquer des citoyens. Malgré tout l’école doit surtout cultiver et sensibiliser les individus puisque l’éducation revient majoritairement aux parents. L’éducation doit être le produit de plusieurs facteurs, cela doit être la résultante de plusieurs agents socialisateurs. en effet un individu se constitue en temps que tel par la biais d’agents socialisateurs comme les médias, les groupes de pairs, la religion ou encore l’activité professionnel, mais les 2 agents ayant un rôle prédominant dans cette éducation, dans cette socialisation primaire restent la famille et l’école. Un individu ne peut alors s’élever intellectuellement, socialement et humainement parlant que par l’association de plusieurs facteurs. Ainsi la fonction éducative de l’école est légitime mais surtout nécessaire.

Trouvez-vous le système d’évaluation adéquat?

D’après le sondage:

OUI – 80%

NON – 20%

La majorité des personnes interrogées pensent que le système d’évaluation est bien adapté malgré que de nombreuses modifications restent à apporter.

Les modifications à apporter au système d’évaluation:

  • enlever la comparaison entre élève
  • des adaptations en fonctions des différents besoins
  • valorisation dans de la façon de penser de chacun
  • évaluation collective pour créer un lien entre les élèves autour d’un projets commun ( en revanche dans les projet de groupe on peut avoir des inégalité d’investissement des membres du groupe
  • Des appréciations à la place des notes
  • Plus de contrôle sur la créativité et la capacité à gérer/crée/avoir un avis développer
  • Correction anonyme pour éviter le favoritisme
  • Arrêter le par coeur
  • Notations avec des lettres
  • Plus d’évaluation pratique que théorique
  • Une évaluation au mérite (par exemple le cours d’EPS où les élèves n’ont pas les mêmes dispositions)
  • Arrêter de mettre autant les notes en avant
  • Arrêter de nourrir la compétitivité via un classement, et ne pas seulement évaluer un sujet par ses notes. Aussi, les enseignant devraient arrêter de répondre à la constante macabre. (Sujet abordé par André Antibi en 1988)
  • Plus de devoir à la maison

Les attentes du public changent-elles par rapport à l’école? Et si oui quelles sont elles?

D’après le sondage:

OUI – 67%

NON – 27%

ECOLE, FAMILLES : LE MALENTENDU, Dubet François

Un accord paraît s’être brisé. Les querelles entre les familles et l’école ne cessent d’alimenter les remises en cause de l’institution scolaire. D’où vient ce malentendu ?

C’est à cette question toute contemporaine que répondent collectivement les auteurs de ce livre, sous la direction de François Dubet. Pour celui-ci, l’école républicaine est largement devenue un mythe. Il montre comment la massification scolaire a changé les règles du jeu qui demeurent perverties par la discrimination sociale. Faut-il alors s’en tenir au mythique  » pacte républicain « , ou bien introduire une  » discrimination positive  » Refusant de voir l’école abandonnée à la concurrence des groupes sociaux, les auteurs veulent croire à un contrat républicain renouvelé.

La relation entre l’école et les familles est tumultueuse car elle est le reflet des débats autour des missions assignées à l’école : éduquer et /ou instruire ?

Si les missions de l’école ont évolué en fonction du rôle que lui attribue la société, les parents ont été soit mis à l’écart de l’école qui instruit soit très sollicités par école qui éduque.

Pour simplifier, l’école d’avant mai 1968 avait deux caractéristiques : d’abord un fort principe de sélection sociale par la naissance, et les lycées et collèges ne recevaient que des enfants issus de milieux non populaires. Ensuite, elle était un monde clos peu pénétré par la rumeur de la société environnante dont les bruits restaient à la porte, tandis que défilaient les César ou Racine en son sein.

La tâche de cette école était de former des citoyens et de les instruire chacun selon les besoins professionnels de chaque catégorie sociale.

De ce fait les familles étaient tenues à l’écart de l’école mais en même temps, elles retrouvaient dans l’instruction dispensée aux enfants leur propre culture.

L’école avait donc un rôle social de reproduction peu ou prou des modèles parentaux.

Depuis la massification des années 1975, massification due à une volonté politique d’ouvrir le collège puis le lycée à toute la population afin de répondre à des demandes économiques pressantes (besoins d’ingénieurs, d’employés du secteur tertiaire), l’école peut sembler être la même pour tous car ce n’est plus la naissance mais les performances qui déterminent la carrière scolaire.

Mais en réalité le poids des habitus familiaux, notamment en termes culturels, joue énormément dans cette carrière scolaire ; et si le collège devient unique la culture qu’il porte reste majoritairement celle d’une classe sociale donnée; et le collège unique prépare au lycée général.

À force d’être indifférente aux différences, l’école peut renforcer les inégalités sociales.

Alors se sont créées des filières scolaires par les options de langues, par le choix des disciplines, qui restent marquées par les appétences scolaires et sociales des familles : il existe maintenant un « marché » scolaire.

Apparaît aussi une forme d’injustice face à ce système scolaire notamment avec les possibilités offertes aux parents d’influer ou non sur la carrière scolaire des enfants par la connaissance ou la non connaissance des arcanes du système scolaire. Le collège reste « le maillon faible » du système car, s’il est ouvert à tous, il est aussi le début de la sélection et l’hétérogénéité des élèves y bat son plein. Les missions de l’école deviennent donc une distribution des compétences pour une intégration sociale et une éducation. L’école s’est donc démocratisée mais les écarts entre les groupes sociaux se sont maintenus et même creusés.

Du collège au lycée, la « reproduction sociale » est marquée fortement : 97 % des enfants de cadres et d’enseignants poursuivent en seconde générale sans avoir redoublé alors qu’ils ne sont que 60 % pour les enfants d’ouvriers. De même les orientations vers les CAP sont de 38 % pour les derniers et seulement de 3 % pour les premiers. En termes de budget les parents cadres dépensent quatre fois plus que les parents ouvriers en frais d’enseignement, papeterie, livres, leçon particulière.

Comment les parents envisagent-ils leur rôle ?

Si le modèle d’autorité parentale semble changer, notamment par la place accordée à l’épanouissement et au développement de l’enfant, les parents accordent beaucoup d’importance au suivi des élèves. Ceci se traduit par un contrôle de ces derniers : contrôle des notes et des devoirs, des loisirs, mais aussi une large part faite aux encouragements de la réussite.

La majorité des parents (75 %) ont une bonne opinion de l’école mais la mission qu’il lui donne est en premier lieu l’instruction et non l’éducation, ou alors l’éducation comme relais de l’éducation parentale. Ici apparaît certainement un problème de différences d’appréciation et de culture sur le modèle éducatif véhiculé par l’école (intégration de tous, solidarité, valeurs républicaines) et les us des familles très diverses notamment par l’hétérogénéité des classes. De plus la question de l’ingérence dans la sphère privée se pose également pour certaines familles. Les parents souhaitent avoir plus d’informations sur l’école et sur ce qui se passe au quotidien dans l’établissement. Le dialogue avec les enseignants est le moyen premier de cette information mais l’investissement dans l’école, par les associations de parents d’élèves, est assez mitigé notamment par le poids réel que les parents donnent à ce type d’investissement : l’école les considère t-elles comme des partenaires ?

Les principaux obstacles rencontrés par les parents sont donc ce manque de visibilité du système éducatif, ce qui se traduit par un besoin d’informations tant sur le système d’orientation que sur la vie quotidienne et pratique dans l’établissement, mais aussi sur les besoins et demandes des enseignants dans les classes.

La méconnaissance du système d’orientation, ou alors l’impression que ce système ne leur permet pas d’agir véritablement, est certainement un obstacle majeur de participation des parents à la vie de l’école : la majorité d’entre eux vivent le système scolaire comme ils l’ont connu il y a vingt ans; et commence à se faire jour, sous la pression économique et le chômage, que l’idéal porté par l’école est en réalité en décalage par rapport au vécu quotidien. La réussite à l’école n’assure pas forcément l’insertion économique.

La relation entre l’école et les familles repose donc encore sur des malentendus : celui du rôle et des attentes de chacun, mais aussi sur les peurs et représentations fantasmatiques de l’autre.

L’école creuse elle les inégalités sociales?

D’après le sondage:

OUI – 60%

NON – 40%

Les inégalités sociales sont accentuées par l’école qui joue un rôle dans celles-ci. En effet, dès le départ le parcours scolaire des individus sera généralement influencé par le milieu social auquel ils appartiennent. Les individus naissent dans un milieu qui peut leur être plus ou moins bénéfique. Chaque individus disposent d’un héritage, d’un capital particulier: un héritage culturel, un héritage économique et un héritage social qui sera plus ou moins en accord avec ce que la société, avec ce que l’école attend. Un individu venant d’une classe sociale favorisée (ex: CSP-PCS cadres, profession supérieure intellectuelle assimilée) aura plus de chance que son éducation soit en accord avec ce que veut l’école. De plus du fait de son héritage social l’individu a la possibilité de s’élever intellectuellement, d’acquérir de nouvelles connaissances grâce à ses réseaux sociaux qui proviennent généralement eux aussi d’une classe supérieure étant à même de répondre aux questionnements des individus. Ce qui ne sera pas le cas pour les élèves provenant d’un milieu social modeste puisque ses réseaux sociaux n’auront généralement pas la possibilité d’aider la personne à progresser. De même les personnes provenant d’un milieu nantis auront la chance de disposer et d’avoir de nombreux supports plus performants et plus diverses que ceux des élèves venant d’un milieu modeste. Il y a une différence entre culture scolaire et culture familiale

Ainsi généralement les élèves partent avec des inégalités qui sont accentuées par l’école puisqu’actuellement dans de nombreuses institutions l’élitisme est pratiqué. Il y a la valorisation d’une culture de référence, des normes d’excellence et des procédures d’évaluation.

Des parents moins présents dans le soutien scolaire:

  • Un quart des enfants défavorisés (24%) n’est jamais aidé pour ses devoirs, contre seulement 7% de l’autre côté.
  • Il y a presque trois fois plus d’enfants de quartiers prioritaires qui affirment n’avoir «personne» pour les aider lorsqu’ils «ont des leçons qu’ils ne comprennent pas» ou des exercices qu’ils n’arrivent «pas à faire»

Les raisons de ces carences peuvent être culturelles mais aussi économiques: les parents peuvent par exemple moins payer de soutien scolaire, qui se développe aujourd’hui dès le CP.

  • 25% des élèves de centre-ville sont aidés par «quelqu’un d’autre» que les parents ou les frères et soeurs.
  • contre seulement 16% des élèves de quartiers difficiles.

Ces inégalités aboutissent à une plus grande fragilité psychologique des enfants, documentée dans une étude de l’Unicef intitulée «Adolescents en France: le grand malaise», rendue publique le 23 septembre. Elle montre que les enfants vivants dans des «quartiers insécurisants» et/ou souffrant de «privation» cumulent tout un tas de difficultés familiales: ils avouent plus souvent ne «pas pouvoir compter» sur leur père ou leur mère «en cas de difficultés» et ne pas se sentir valorisé par eux, ils ont des relations plus tendues avec eux et développent plus souvent des pensées suicidaires.

infos trouvées sur :

http://www.slate.fr/story/92499/reussite-ecole-eleves-inegalites

Les inégalités pouvants êtres observés:

Richesse sociale

Aides à la maison, certains se voient refuser l’accès aux voyages scolaire pour des raisons financières

Professeur particulier / école privé

Prépa privée pour mieux réussir son année

Le prix des écoles amène certains étudiant à avoir des petits boulots à côté de leur étude pour les financer et donc à avoir moins de temps à consacrer à leur apprentissage.

Différence de milieu sociale à  → différence de qualité de vie ( chambre universitaire de 9m2 en communauté ou F4 au calme ) de plus certaines école ne sont pas accessible à tous du fait de leur prix et non de leur sélection.

Le fonctionnement de l’école ne correspond pas à tout le monde et les personnes les moins adaptés sont mise de côté.  Les “bons élèves” sont considéré comme plus intelligent que les “mauvais élèves” On formate les élèves , on les mets dans un “moule” qui amène également à des inégalités bac pro / bac général.

Il y a également des inégalités liées aux filières (par exemple on a une sélection en fac basé sur le type de bac obtenu or en seconde il est difficile d’avoir déjà un projet professionnel) de plus on a des préjugés sur les filières comme le fait que les filières scientifiques soit “meilleures” que les filières littéraires.  

Le manque d’objectivité du système de notation (lié à de nombreux facteurs tels la subjectivité des enseignants…), le classement implicite des filières (1. S ; 2. ES…), le classement implicite des lycées (lycée parisien vs province vs quartier difficile), le système de méritocratie mettant de côté certains élève.

Les parents ayant de haut moyen financier ont tendance à mettre leur enfant dans des écoles bien “côtés” accentuant les inégalités sociales.

Autres questions:

Qu’est ce que l’école évalue actuellement?

Comment l’école prépare le mieux les individus à la société?

L’école prépare t-elle correctement à la vie professionnelle?

La sectorisation/ spécialisation empêche t-elle une certaine pluridisciplinarité ?

Les diplômes reflètent-ils réellement les compétences des individus ?

Une adaptation de l’école au XXIème siècle serait-elle bénéfique ?

https://www.bfmtv.com/societe/education-l-ecole-va-devenir-obligatoire-a-partir-de-3-ans-1405276.html

http://eduscol.education.fr/cid73382/l-orientation-lycee-enseignement-superieur.html

Présentation orale: les relations à l’école

INTRODUCTION:

Nous allons vous présenter les grandes lignes de notre sujet s’intitulant “les relations à l’école”. Pour cela nous avons trouvé judicieux de les présenter sous la forme de 3 grandes parties. dans un premier temps nous allons donc vous parler des problèmes rencontrés face à la sectorisation. Dans un deuxième temps nous vous expliquerons en quoi la révision du système pédagogique est nécessaire et dans un dernier temps nous vous présenterons les différents enjeux du 21e siècle auxquels l’école doit faire face.

PREMIÈRE PARTIE: La sectorisation/spécialisation empêche la multidisciplinarité et la préparation à l’avenir (débouchés professionnels), à cause d’une mauvaise mise en valeur des compétences.

L’école actuelle est confrontée à de nombreux problèmes comme la sectorisation qui empêche la multidisciplinarité. La centralisation de l’enseignement entraîne une dépersonnalisation de celui-ci et une hiérarchisation induisant une certaine rigidité en ce qui concerne l’établissement des programmes de l’éducation nationale. L’échec scolaire relève donc de plusieurs domaines notamment dans le domaine humain ou il y a un soucis de valorisation des personnes et des compétences, mais également dans le domaine intellectuel au sein duquel l’école n’apporte pas les outils essentiels de l’analyse du réel. Enfin, on peut parler d’échec en ce qui concerne la formation professionnelle, l’école ne met à disposition ni une formation professionnelle ni une formation générale qui seraient utiles voir nécessaires à de nombreux emplois à l’heure actuelle. Cela étant dû à la valorisation d’une certaine culture: la culture savante. Cette spécialisation dans le cycle terminal notamment a pour finalité une réduction des options d’avenir professionnel selon certains. Les individus se cantonnent uniquement à un domaine particulier puisque le système le leur impose, alors qu’ils désireraient peut être étendre leurs connaissances et leur savoir dans plusieurs domaines. Avant de pouvoir se spécialiser, il faudrait ainsi être en mesure de développer certaines aptitudes de base fondamentales à la réussite professionnelle comme la capacité à s’exprimer et à communiquer convenablement, la capacité à analyser le monde de façon critique ou encore la capacité à créer quelque chose avec ses mains, cela grandement négligé du fait des nombreux stéréotypes circulant dans ce domaine.

Ainsi cette spécialisation empêche les individus de développer des compétences et donc de développer une certaine polyvalence puisque celle-ci enferme les individus dans des domaines particuliers. Au sein de cette compartimentation, l’approfondissement d’aptitudes pourtant essentielles n’est pas effectif étant donné que cette spécialisation en plus d’être restrictive se base uniquement sur l’apprentissage d’un tronc commun de connaissances.

  • Les préjugés sur un domaine professionnelle pénalise beaucoup trop l’ouverture à toutes les classes sociales.

DEUXIÈME PARTIE: La révision du système pédagogique, du système d’évaluation et des exigences → BROUILLON

  • refléter plus les compétences avec des « notes » alphabétisées en anonyme qui pourraient entrer dans un relevé de compétences (NA, VA, A) pour l’année qui valide un niveau (comme en langue par exemple dynamisme en cours pour intérêt (élèves et profs)

Ex : les anecdotes séduisent et font dresser les oreilles, c’est pour cela qu’elles sont un immense avantage pour l’approche des matières scientifiques. Cette approche historique permet de montrer comment se construisent les connaissances scientifiques, et indirectement de rendre palpables les démarches d’investigation. Bref, l’histoire des sciences peut servir à insuffler un peu d’humanité dans l’enseignement des sciences.

  • Une évaluation n’est crédible que lorsqu’il y a un certain pourcentage d’élèves en situation d’échec, une constante macabre en quelque sorte. Trouver normal que la mission d’enseignant est remplie correctement lorsqu’un élève sur deux environ est en échec, quel que soit son travail, les qualités pédagogiques de l’enseignant, le niveau de difficulté du programme de révision, le climat, tout cela est absurde…Avec recul, une telle situation peut vraiment sembler aberrante, grotesque, et surtout injuste car de nombreux élèves se trouvent ainsi dans une situation d’échec artificiel, non mérité

Il est anormal d’avoir un décalage entre l’enseignement et l’évaluation, que le diplôme soi considéré comme la seule voie royale pour s’insérer professionnellement. Il faut arrêter de croire que l’évaluation devrait permettre 100% de réussite mais plutôt de se poser ces questions : quel niveau d’exigences pose-t-on pour l’obtention du diplôme ? Comment fait-on dans nos établissements pour emmener le maximum d’élèves vers le niveau attendu ?

La sélection par l’évaluation est normale, mais combien de jeunes ne peuvent pas accéder à un master alors que pendant 3 ans on leur a fait croire qu’ils avaient un niveau suffisant. Cette constante macabre fait vivre l’éducation actuelle comme un facteur d’angoisse et d’échec.  Auparavant il fallait être assez exigeant pour obtenir une moyenne de 10, alors que désormais on peut observer dans les collèges qu’il s’agit plutôt d’obtenir un 12. Il y a par exemple des arrangements durant les conseils de classe pour faire monter la moyenne de 1 ou 2 points pour s’approcher de 12.

DEUXIÈME PARTIE:  La révision du système pédagogique, du système d’évaluation et des exigences

Le système d’évaluation fait partie intégrante du fonctionnement éducatif à l’heure actuelle. Chaque parcours scolaire est encadré par un système de notation des élèves. Chacun est jugé sur son travail par l’instauration de différentes méthodes, souvent propres à chaque professeur. La technique de docimologie reste cependant la plus utilisée en France ; elle consiste en l’attribution d’une note pour exprimer la valeur d’un devoir. Cette technique nécessite un barème qui est encore une fois propre à chacun. La notation des élèves a des conséquences sur leur avenir : un bon dossier permet d’accéder à des bonnes écoles tandis qu’un mauvais dossier empêche leur accès.

Par le biais de notre sondage ainsi que de nos points de vue personnels, nous nous sommes intéressés à une révision envisageable du système pédagogique avec ses techniques d’évaluation et ses exigences.

L’idée principale abordée est celle du reflet des compétences plutôt que le seul jugement d’un devoir. Il serait plus valorisant et représentatif de juger le travail d’un élève par le biais de lettres alphabétiques ou par un bilan de compétence. Par exemple, pour la validation d’un niveau d’anglais, il faut valider un certain nombre de compétences. Il pourrait être judicieux d’instaurer le même système dans chaque matière afin de ne pas démotiver les élèves lors qu’une mauvaise note. L’idée serait d’évaluer les élèves avec un système de gradation type « non acquis, en cours d’acquisition, acquis ».

On pense aussi à établir des modifications pédagogiques en favorisant les travaux de groupe pour améliorer les performances personnelles d’un élève. Par le biais d’un travail groupé, l’élève apprend à déléguer et aussi à être autonome, lorsque le travail est respecté. Ce processus aide aussi à la prise de confiance de chacun lorsqu’il affirme ses idées et ses points de vue.

D’autres questions se soulèvent avec notamment la valeur du diplôme. Il est anormal d’avoir un décalage entre l’enseignement et l’évaluation, que le diplôme soi considéré comme la seule voie royale pour s’insérer professionnellement. Il faut arrêter de croire que l’évaluation devrait permettre 100% de réussite mais plutôt de se poser ces questions : quel niveau d’exigences pose-t-on pour l’obtention du diplôme ? Comment fait-on dans nos établissements pour emmener le maximum d’élèves vers le niveau attendu ?

La sélection par l’évaluation est normale, mais combien de jeunes ne peuvent pas accéder à un master alors que pendant 3 ans on leur a fait croire qu’ils avaient un niveau suffisant. Cette constante macabre fait vivre l’éducation actuelle comme un facteur d’angoisse et d’échec.  Auparavant il fallait être assez exigeant pour obtenir une moyenne de 10, alors que désormais on peut observer dans les collèges qu’il s’agit plutôt d’obtenir un 12. Il y a par exemple des arrangements durant les conseils de classe pour faire monter la moyenne de 1 ou 2 points pour s’approcher de 12.

Le système éducatif a beaucoup évolué durant ces dernières années. Les exigences de chacun ne correspondent plus forcément aux exigences que l’on avait avant, comme par exemple la prise de valeur du diplôme alors qu’autrefois il n’était pas toujours nécessaire pour entrer dans le monde du travail. Malgré cela, le processus de notation des élèves reste le même, il s’agit toujours de noter l’enfant sur son travail rendu et non sur une potentielle amélioration vis-à-vis des autres devoirs. C’est pourquoi les appréciations des professeurs ont une importance particulière pour refléter le niveau de l’élève. Une étude a été réalisé afin de comprendre l’impact des appréciations. Un élève ayant obtenu des mauvaises notes avec une appréciation positive qui viserait à l’encourager présentera alors de meilleurs résultats futurs d’un élève ayant été abaissé lors de cette appréciation.

Nous nous posons la question de savoir si l’adaptation du système scolaire au 21ème siècle est réelle et comment se manie-t-elle.

TROISIÈME PARTIE: L’adaptation au 21e siècle

Les 3 grandes évolutions qui modifient nos sociétés d’aujourd’hui sont: l’accélération des progrès scientifiques et technologiques, l’évolution de la mondialisation et la montée en puissance de l’individualisme. Pour s’adapter au mieux à notre nouveau siècle, il faut préparer les élèves à vivre dans un dimension internationale et à raisonner dans l’interculturel tout en les sensibilisant aux dangers d’un individualisme trop présent. Il faut aussi leur permettre d’apprendre à maîtriser les nouvelles technologies.

  • Près d’un quart des collèges rejoignent le plan numérique à la rentrée 2016. Plus de 175 000 élèves seront dotés de tablettes numériques, cofinancées par l’État et par les collectivités territoriales.
  • Pour s’adapter au mieux au multiculturalisme toujours plus présent dans les écoles, celles-ci favorisent de plus en plus l’apprentissage des langues étrangères et augmentent leur diversité.
  • Pour lutter contre l’individualisme l’école met en place de plus en plus de travaux de groupe. Ces travaux ont pour but de favoriser les relations entre plusieurs individus, d’apprendre aux élèves à prendre en considération l’avis des autres et le partage des tâches.

(proposent des « journées d’orientations » pour faire prendre conscience aux élèves de la multiplicité des métiers qu’il existe, surtout les métiers qui ne sont pas très connus. Ils encouragent également de plus en plus les stages, afin que les élèves aient un aperçu du monde du travail.          → Rentrée 2019 l’école sera obligatoire dès l’âge de 3 ans (actuellement obligatoire à partir de 6 ans), vise à reconnaître la place de l’école maternelle dans la société.

individualisme: c’est une conception philosophique, politique, sociale et morale qui tend à privilégier les droits, les intérêts et la valeur de l’individu par rapport à ceux du groupe. Plan numérique: afin que la jeunesse se familiarise de plus en plus avec les nouvelles technologies.)

CONCLUSION:

Pour conclure, nous pouvons dire que la sectorisation est aujourd’hui un réel problème rencontré par l’école. En effet les individus n’ont plus accès une certaine polyvalence, ce qui réduit grandement les possibilités de statuts professionnels. De plus, les notes attribuées aux élèves leur ferment parfois beaucoup de portes pour l’avenir. C’est pourquoi il est important de valoriser et de mettre en avant leurs différentes compétences afin qu’ils ne soient pas uniquement jugés avec des notes. Pour finir, il est très important pour l’école et ses élèves qu’elle s’adapte au différents enjeux du 21e siècle, en mettant en place les moyens nécessaires pour y parvenir, qu’il soit question des nouvelles technologies, du multiculturalisme ou encore de l’individualisme.

 

Cette page tient lieu de carnet de bord. Nous avions pour mission d’étudier le sujet « intelligence artificielle et éducation » dans le cadre de notre UE « enjeux de l’éducation au XXIe siècle ». Ainsi nos recherches sont classées par dates de mise en ligne qui correspondent aux séances de travail (hormis l’introduction qui a été déplacé au début permettant une meilleure compréhension).

La page est donc à lire de bas en haut. Merci

IA et éducation : bibliographie

L’IA au service des langues https://cursus.edu/articles/36387/lia-au-service-des-langues#.XAvWY9tKjIV

Consulté le 29/11/2018

Apprentissage: l’intelligence artificielle, une élève de plus en plus douée https://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/12/22/apprentissage-l-intelligence-artificielle-une-eleve-de-plus-en-plus-douee_4836339_4408996.html

Consulté le 29/11/2018

« On peut être contre l’intelligence artificielle par principe » https://usbeketrica.com/article/on-peut-etre-contre-l-intelligence-artificielle-par-principe

Consulté le 29/11/2018

« L’intelligence artificielle, ça peut aussi être très fun ! »

https://usbeketrica.com/article/l-intelligence-artificielle-ca-peut-aussi-etre-tres-fun

Consulté le 27/11/2018

UN ROBOT POUR « TÉLÉ-TRANSPORTER » LES ENFANTS MALADES

https://www.capital.fr/economie-politique/un-robot-pour-tele-transporter-les-enfants-malades-1281638

Consulté le 25/11/2018

Un robot pour se télé-transporter

https://www.letelegramme.fr/debats/enfants-malades-un-robot-pour-se-tele-transporter-08-04-2018-11918165.php

Consulté le 02/12/2018

Intelligence artificielle : amie ou ennemie, « il faut envisager tous les scénarios »https://www.nextinpact.com/news/99154-intelligence-artificielle-amie-ou-ennemie-il-faut-envisager-tous-scenarios.htm

Consulté le 03/12/2018

L’intelligence artificielle pour une mémoire augmentée : bientôt un monde de super humains ?https://reinformation.tv/intelligence-artificielle-memoire-augmentee-superhumains-bault-69326-2/

Consulté le 26/11/2018

Conclusion

En somme l’IA peut apporter beaucoup à notre société dans différents domaines par exemple l’éducation. L’IA peut être d’une grande aide, notamment numérique mais il ne faut pas négliger ses limites.  Il est ainsi nécessaire d’avoir un esprit critique pour que l’IA ne prenne pas le dessus sur les capacités, la créativité et les relations humaines qui font de nous des êtres humains.

Une école française inégalitaire (Cathy A.)

Le handicap a toujours été source de malaise, et surtout à l’école. En effet, scolariser un enfant handicapé nécessite des moyens financiers et humains supplémentaires, rendant l’accès au savoir plus difficile.

Une lettre ouverte de la part de l’Unapei, l’Union Nationale des Associations de Parents d’Enfants Inadaptés, renommée« Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis », a été publiée le 2 septembre 2018 dans le Journal du Dimanche à l’occasion de la rentrée des classes pour témoigner de la difficulté de mettre à l’école les enfants en situation de handicap.

« Comme chaque année, on passera sous silence le scandale de milliers de jeunes handicapés qui n’ont aucune solution de scolarisation, qui bénéficient d’un temps faible d’école ou doivent patienter sur les listes d’attente des établissements spécialisés ». Cette tribune, directement adressées aux parlementaires français, parle du problème du manque de moyens financiers et de personnes formées à l’accueil et l’éducation des enfants handicapés.

Le journal a interrogé Sophie Cluzel, nommée secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées par Edouard Philippe. Celle-ci dit que le gouvernement a essayé « d’anticiper au maximum »la demande d’accompagnants scolaire pour la rentrée 2018, en créant 3 584 postes AESH (Accompagnants d’enfants en situation de handicap)en plus, en temps plein. Cependant, il reste plusieurs choses à régler puisque « tous les recrutements ne sont pas encore faits ».

C’est pourquoi, malgré les plusieurs mois d’anticipation des pouvoirs publics qui auraient permis d’améliorer la situation, une ligne téléphonique a été mise en place pour « recenser les situations problématiques ».

D’après Sophie Cluzel, 340 000 enfants en situation de handicap ont fait leur rentrée en 2018, ce qui montre une augmentation de 6% par rapport à la rentrée précédente, ce qui suggérerait une meilleure gestion de l’accompagnement de ces élèves.

Parmi ces 340 000 enfants, 175 000 nécessitent une prise en charge spécifique, soit 13% de plus que l’année dernière. C’est pourquoi, le gouvernement a prévu 110 000 accompagnants, dont certains pourraient s’occuper de plusieurs enfants.

Cependant,d’après Emmanuel Jacob, l’AFP chargé des questions de scolarisation à l’Unapei, ces efforts de la part du gouvernement pourraient ne pas avoir régler tous les problèmes : « En théorie, le nombre d’accompagnants devrait pouvoir suffire, mais on n’en est pas sûr, car il est très complexe de faire en sorte que l’offre réponde précisément à chaque besoin ».

De plus, le poste d’AVS, d’ Auxiliaires de vie scolaire, est à remettre à jour, puisqu’il laisse les accompagnants dans la précarité, comme l’a souligné François Ruffin à l’Assemblée Nationale lors de la discussion sur l’inclusion des élèves handicapés à l’école.

De plus, la plupart des contrats sont à temps partiels, ce qui signifie seulement 20 heures par semaine, et donc un salaire entre 600 et 700€.Or, les horaires ne permettent pas forcément de prendre un autre travail à côté pour compléter. Puis, les contrats, qui se font sur un an, ne sont renouvelables qu’une fois, ensuite, il n’y a plus de possibilités d’exercer cette activité.

Et si l’école est source d’inégalité, c’est aussi selon notre sexe. En effet, être une fille, ou un garçon, ce n’est pas la même chose aux yeux de la société et donc à ceux de l’école et de ses enseignants, par exemple. Ceci est dû à une vue manichéenne de la représentation des sexes.

Il a été établi à de nombreuses reprises que notre sexe va nous influencer dans le choix de notre carrière. Par exemple, aujourd’hui, seulement 25% de chercheurs en mathématiques en France sont des femmes. Ceci peut être expliqué par le fait qu’on s’attendra plus souvent à voir des hommes dans le domaine des sciences, et plus des femmes dans le milieu littéraire.

Danielle Bousquet, présidente du HCE, le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes, le 22 février 2017, avait demandé à l’École, de lutter plus pour l’égalité entre les filles et les garçons. En effet, un rapport reposant sur une étude a mis en lumière le fait que les professeurs ne réagissent pas de la même façon en face d’une fille ou d’un garçon, les attentes et donc les notations ne sont pas les mêmes. Les réceptions des mauvais comportements, de l’indiscipline seraient différentes : on attend d’une fille qu’elle soit plus calme et docile, alors que le mauvais comportement d’un garçon peut être toléré. Ceci s’observe aussi dans les remarques sur le bulletin de la part des professeurs.

« Ce double standard s’observe tant sur la notation que sur les appréciations dans les bulletins scolaires, notamment dans les matières scientifiques : les filles ‘travaillent’, les garçons ‘ont des capacités’ inexploitées ».

On remarque aussi dans les livres scolaires une propension plus forte à présenter des figures masculines : dans les manuels d’histoire de seconde, 97% des biographies sont à propos d’hommes, alors que seulement 5% des textes étudiées en littérature ont été écrits par des femmes.

Les filières générales, mais surtout les filières technologiques sont touchées par ce phénomènes. Certaines de ces dernières sont parfois même quasiment masculine, ou l’inverse.  Dans les filières générales, on remarque qu’on trouve beaucoup plus de garçons en S.

Cependant, être un garçon n’est pas forcément un atout tout le temps et partout à l’école. « Par exemple, les filles seraient surnotées en mathématiques au collège, selon une étude. »

De plus, seulement 20% des punitions seraient destinées aux filles et on dénombre un écart de 10 points entre les pourcentages de filles et de garçons accédant à la terminale, puisqu’on arrive jusqu’à 82% pour les filles, contre 72 pour les garçons. Néanmoins, si les filles sont en moyenne plus diplômées, ce n’est pas forcément dans les filières les plus prestigieuses.

Il est donc clair que l’école est génératrice d’inégalités, que ce soit au niveau du statut social, de l’état de santé ou du sexe d’un élève. Or, si l’Assemblée Nationale poursuit son débat sur l’inclusion des enfants handicapés à l’école, et que l’égalité hommes-femmes est réellement une « grande cause nationale » du quinquennat d’Emmanuel Macron, ceci pourra être peu à peu corrigé.

une école française inégalitaire (chloé r)

En France, l’école est obligatoire et gratuite jusque 16 ans. Elle permet ainsi une facilité à l’éducation pour les jeunes français. Cependant, bien qu’obligatoire, elle n’est pas totalement égalitaire. En effet, bien que l’éducation soit l’action de développer un ensemble de connaissances et de valeurs morales et intellectuelles, considérées comme essentielles pour atteindre le niveau de culture souhaité, il n’en reste pas moins qu’elle comporte des inégalités. C’est-à-dire, des traitements différents qui peuvent avantager une classe sociale, un groupe ou un individu par rapport à d’autres et qui établissent des hiérarchies sociales. 

Il est alors possible de se demander comment lutter contre ses inégalités. En analysant tout d’abord, d’où viennent-elles puis comment les combattre. 

Ainsi, le rapport du Cnesco tend à montrer que les inégalités sociales à l’école empruntent des formes multiples : inégalités de traitement dans les ressources d’apprentissage dont les élèves disposent réellement à l’école, inégalités dans leurs résultats scolaires, inégalités sociales dans les orientations, dans les diplômes et même dans le rendement des diplômes sur le marché du travail. À l’école primaire, ces derniers sont plutôt faible. Cependant, ces inégalités explosent à partir du collège. C’est, par exemple, à ce niveau-là de la scolarité que les élèves des établissement les plus défavorisés, en fin de 3e, ne maitrisent que 35% des compétences attendues en français contre 80% pour les élèves scolarisés dans un contexte privilégié. À meme niveau scolaire, les premiers ont deux fois moins de chances d’intégrer le lycée général. 

De plus, en France, le milieu social d’un enfant est primordial. Effectivement, un enfant d’artisan par exemple n’a pas la même capacité à atteindre certaines études qu’un enfant de famille aisée. 

La France, est même en 2015, considéré par Pisa comme la « championne des inégalités sociales à l’école ».

Mais alors, comment peut-on lutter contre ces inégalités si importantes en France. Deux réformes ont été menées de front : la refonte de la carte de l’éducation prioritaire et celle de l’allocation des moyens pour toutes les écoles et tous les collèges de France. La politique d’éducation prioritaire a pour objectif de corriger l’impact des inégalités sociales et économiques sur la réussite scolaire par un renforcement de l’action pédagogique et éducative dans les écoles et établissements des territoires qui rencontrent les plus grandes difficultés sociales. La réforme de l’allocation des moyens pour toutes les écoles et tous les collèges de France, a, quant à elle, pour objectif de permettre de répartir les mesures de rentrée en fonction non plus seulement de l’évolution du nombre d’élèves mais aussi du contexte territorial et social des population.

Ces deux nouvelles réformes sont alors censés réduire les inégalités scolaires bien présentes en France.

Pour conclure, les inégalités scolaires en France sont un problème majeur du pays. Certains enfants sont mis de coté dans l’éducation pour simple cause de leur milieu social. Bien que pour combattre cela, deux reformes ont été mises en place, ce n’est toujours pas suffisant et les inégalités continuent de croitre. 

Conséquences directes d’une société sans travail sur les ouvriers

I. Conséquences directes d’une société sans travail sur les ouvriers. 

1. Aliénation. 

Le travailleur ne possède plus l’outil de travail ou de la production, c’est-à-dire que le travail n’est plus que marchandise vendue, dont l’ouvrier en fait partie (il est lui même considéré comme étant une marchandise exploitée dans le cadre de la production). L’individu ne se reconnaît pas dans ce qu’il fait et il n’éprouve aucun épanouissement. L’ouvrier exerce des tâches répétitives, simples et rapides qui ne reflètent pas ses compétences, ce qui peut provoquer un manque d’épanouissement et dont une aliénation : l’homme ne travaille plus que pour le salaire et non pour son épanouissement personnel, car les robots exercent la majorité des tâches, ce qui laisse à l’homme que très peu d’occupations ayants du sens. 

→ L’ouvrier est considéré comme étant lui même un robot :

  • Préparateurs de commande dans une entreprise dans le cadre de la préparation et livraison de produits :  doivent soulever manuellement les colis et les poser sur des palettes. Ils travaillent depuis 2000 avec un casque sur les oreilles et un micro devant la bouche : une voix de synthèse leur transmet des informations et les ouvriers doivent confirmer par des mots clés à voix haute. Les ouvriers doivent donc parler à une machine et obéir à ses ordres. Au fur et à mesure, cette action devient automatique, certains ouvriers n’écoutent même plus la voix synthétique et le font automatiquement. 
    Cette méthode permet de mesurer le nombre de colis prélevés par l’individu par heures et peut potentiellement leur accorder des primes. Il y a donc plus de contrôle et on passe d’un support papier à un support informatique. 
    Certains intérims quittent l’entrepôt seulement quelques heures après, ne supportant pas le fait de devoir obéir et répondre à une voix synthétique : ce qui va exercer un jugement sur les ouvriers de cet entrepôt et créer une distance. Beaucoup d’employés se sont remis à fumer ou consomment de la drogue à cause de cette aliénation, certains se qualifient même de zombis, car leur cerveau ne réfléchit plus, les ouvriers ne font qu’obéir. Le travail est extérieur à l’ouvrier, qui se qualifie comme étant lui-même un robot répétant les mêmes actions sans réfléchir.
  • Un ouvrier du groupe automobile Ford, Rober Lacey définit l’usine comme « une sorte d’enfer où les hommes seraient devenus des robots. ».

→ Robots remplacent les hommes dans le monde du travail :

Dans tous les métiers, l’homme n’effectue plus 100% des tâches, car la part des tâches accomplies par l’homme se réduit à cause (ou grâce) des machines. Ce qui a pour conséquences :
Une société paresseuse : les personnes se retrouvent dans un dilemme, soit elles effectuent un travail pour lequel elles ne portent aucun intérêt et dans lequel elles ne vont pas s’épanouir (aliénation), soit elles restent au chômage (aussi une forme d’aliénation).

Le capital n’est plus distribué en salaire : les machines ne demandent aucun salaire, le capital est donc versé dans le maintien des machines plutôt que dans les salaires (puisqu’il y a de moins en moins d’employés). 
Exemple : Google. Augmentation du chiffre d’affaire et diminution du nombre d’employé parallèlement.

L’aliénation au travail est finalement un problème qui touche tous les employés dans tous les domaines du monde du travail. En effet, les robots prennent une grande place dans les entreprises, ne laissant aux travailleurs que des tâches ingrates dans lesquelles ils ne se reconnaissent pas. Cependant, les machines reviennent moins cher aux entreprises, ce qui encourage leur utilisation. 


2. Dangers.

→ L’utilisation des robots en matière de sécurité :

On assiste à une forte évolution de l’utilisation des robots industriels dans le monde du travail, mais cette utilisation n’est pas sans risques. En effet, on ne peut pas toujours prévoir ce qu’il va arriver lors de son utilisation ou de sa maintenance. 

→ Accidents de travail :

Il y a des risques liés à l’utilisation des robots industriels ainsi que des risques liés au bruit, à la mécanique, aux vibrations, aux radiations, à certaines substances, etc.
Selon l’institut national de recherche et de la sécurité, la base EPICEA, il y a eu 30 accidents graves de travail liés à l’utilisation de robots industriels en France entre 1990 et 2010. Dont 10 étaient mortels.

Le robot exerce un mouvement trop rapide, a une force trop importante, et il se peut parfois qu’il y a une collision entre homme et robot qui peut être dramatique.
Ceci est confirmé dans deux études menées au Québec. G. Toulouse (1997) note que bon nombre d’accidents dans les boulangeries industrielles se produisent lors de la récupération d’incidents de production.

Exemples d’accidents de travail liés aux robots :

  • L’ouvrier peut pénétrer dans des zones dangereuses, sans utiliser l’accès sécurisé ou en désactivant les dispositifs de sécurité. Il y a donc accident lorsque l’ouvrier entre dans une zone non-autorisée ou dans une zone à risques. Car même après un arrêt d’urgence, le robot présente toujours des risques puisqu’il circulera toujours de l’énergie en lui et de ce fait peut s’enclencher un mouvement imprévu qui risque de blesser le travailleur.
  • D’autres accidents de travail émanent d’une erreur liée à l’utilisation, souvent due à une mauvaise formation ou mauvaise expérience de l’ouvrier. Il se peut que l’ouvrier doit intervenir en cas de panne du robot, chose dont il n’a pas l’habitude, et va donc exercer une mauvaise manipulation qui va engendrer des défaillances et des accidents par la suite. C’est à l’ouvrier de régler les pannes du robot et non un mécanicien, car ceci est un gain de temps et donc d’argent pour les entreprises. 

  • Collision entre deux robots peut être dangereux pour les ouvriers : la collision entre deux machines est due à une vitesse trop rapide, une mauvaise synchronisation ou une mauvaise programmation de celles-ci. Ainsi, la collision va provoquer des chutes de débris de pièces ou alors des étincelles qui sont dangereuses pour les employés. 

  • Sans oublier les électrocutions par utilisation d’un outillage défectueux, etc. 


→ Santé physique :

Les conditions de travail sont susceptibles d’entrainer des problèmes de santé, car l’ouvrier, à défaut d’utiliser la réflexion, va se servir de sa force physique et exercer les mêmes mouvements à longueur de journée. Les mouvements sont pénibles et répétitifs.

Les problèmes liés aux conditions de travails sont souvent les mêmes : tendinites du coude et du poignet, car les travailleurs doivent porter des charges lourdes qui vont nuire à leur santé physique et ainsi entraîner une fatigue au fil des années. 
Les salariés exposés à des mauvaises conditions de travail ont plus risques de présenter des maladies chroniques à la retraite. En effet, « l’exposition à des contraintes physiques augmente de 32% le risque de maladies chroniques à la retraite » selon un des articles.

→ Espérance de vie :

Selon l’INSEE, en 2000-2008, un homme ouvrier de 35 pouvait espérer vivre encore 41 années (tandis qu’un homme cadre du même âge pouvait espérer en vivre encore 47).

Les conditions de travail dans les usines, avec les robots, entraîne des différences sociales face à la mort. 

Explications :
→ La nature de la profession (ouvrière) explique cette espérance de vie basse. En effet, les ouvriers font face à plus d’accidents de travail et de maladies. De même, le moindre recours et accès aux soins et l’obésité sont plus fréquent chez les ouvriers que chez les cadres.

Finalement, l’industrialisation entraîne de mauvaises conditions de travail qui vont avoir un impact très fort sur la santé et le risque d’accident de travail chez les ouvriers et employés.


Travail au sein du groupe

Tout d’abord, le travail au sein du groupe était agréable et pertinent. En effet, nous nous sommes tout de suite mises d’accord sur la répartition du travail ainsi que sur le rythme que nous souhaitions adopter. Aussi, nous étions toutes intéressées par le sujet, ce qui rendit le travail plus facile. 

Lors des séances de recherches d’articles, nous nous sommes entraidées. En effet, nous avions effectué nos recherches chacune pour soi, mais cela ne nous a pas empêché de nous compléter mutuellement et de partager les informations que nous trouvions utiles pour l’une ou pour l’autre. De cette manière, le travail de recherche fut plus rapide et cela nous permettait de connaitre le travail de chacune d’entre nous. 

En ce qui concerne le sujet tel quel, je le trouve plutôt intéressant et très parlant. D’une part, j’ai pu constater qu’il existe différents avis sur la question d’une société sans travail, ce qui nous permettait de nous baser sur plusieurs points de vue et d’avoir un regard ouvert sur le sujet, car nous connaissons maintenant les différentes facettes de cette société sans travail. Nous devions nous concentrer sur l’aspect négatif de la chose : nous avons donc pu trouver différents arguments qui, je trouve, étaient tous très intéressants et nous poussaient à poursuivre et approfondir la recherche. D’autre part, c’est un sujet très actuel, voire même encore en plein essor, ceci m’a donc permis de faire des liens avec le passé mais également avec ce qui se passe actuellement. J’ai donc aimé comparer les différents laps de temps et faire le rappel avec ce que nous connaissons déjà. 

Finalement, en prenant du recul, je pense que nous nous sommes bien organisées sur l’ensemble du semestre. Nous étions toutes impliquées dans notre travail que ce soit de manière individuelle ou collective. 

Eichhorn Mélissa, Société sans travail. 

Les inégalités sociales à l’école (chloé)

De nos jours, de nombreuses inégalités persistent quant au sujet de l’école. En effet, des progrès ont été accomplis mais il semble que certaines inégalités s’y maintiennent et y soient bien présentes. La France occupe la deuxième place au niveau mondial vis-à-vis de l’accès au pré-scolaire mais comporte cependant encore de nombreuses inégalités. Le pays avait pourtant réussi à palier quelque peu à ces problèmes en réduisant le taux de redoublement, mais il semble que cela n’ait pas été suffisant.


Le niveau scolaire est, la plupart du temps, défini par la classe sociale de l’élève. En effet, certaines études ont démontré qu’un enfant provenant d’un milieu défavorisé rencontre plus de difficultés à l’école par rapport à un enfant provenant d’un milieu avantageux. L’impact du niveau social sur la compréhension de l’écrit est considérable. Le niveau des enfants dépend également du niveau des parents. En effet, un enfant dont les parents ont fait de longues études a plus de chances de réussir qu’un enfant possédant des parents n’ayant « que » le niveau collège. De plus, les parents ne possédant pas un haut niveau d’étude n’ont pas souvent réussi à trouver un travail valorisé, ce qui ne permet pas à l’enfant d’évoluer dans de bonnes conditions, les parents n’ayant pas forcément les moyens de lui payer des cours particuliers. La France est le pays possédant le plus d’inégalités par rapport à la classe sociale des élèves, en effet, une grande différence est présente entre les « riches » et les « pauvres » vis-à-vis de la compréhension des sciences. L’inégalité se creuse énormément à l’école.


Comment pourrait-on arrêter tous ces problèmes ? Afin de donner les mêmes possibilités d’apprentissage à tous les enfants, il faudrait fournir le même budget à tous les établissements, afin d’avoir des performances égales partout. Les enfants « favorisés » se retrouvent plus souvent dans des établissement plus valorisés, à l’inverses des autres enfants, qui auront tendance à se séparer d’eux. Cependant, nous savons que la mixité aide beaucoup les enfants, en particulier les plus mauvais; se trouver en présence de « bons élèves » peut les aider. Les enfants étant d’origines « étrangères » devraient bénéficier d’aides pour les cours, dans leur langue. Afin de les aider à comprendre, leur apprendre certains cours dans leur langue maternelle serait une bonne idée, elle reste cependant inimaginable en France.


Le redoublement représente aussi un problème, en effet même si la France est parvenue à réduire son taux de redoublement, il reste bien plus élevé que dans les autres pays. Les jeunes défavorisés sont les plus touchés, 38% d’entre eux ont redoublé. Les jeunes favorisés, eux, sont 7%, ce qui marque une réelle et profonde différence. Il semblerait que la France ne parvienne pas à progresser, elle reste le pays « riche » le plus inégalitaire.


Les inégalités peuvent être dues au fait que le pays privilégie les jeunes possédant un diplôme, les études semblent avoir été crées pour y aboutir, et tracer directement l’avenir de ces jeunes. Ce « culte du diplôme » met donc la pression aux enfants, et, dès le plus jeune âge, un esprit de compétition naît, les plus forts étant impitoyables avec les plus faibles. Cela ne contribue cependant pas à une grande réussite scolaire, la France restant un des pays « riches » avec le moins de réussite de la part des élèves, car elle n’essaye pas de venir en aide aux élèves avec un niveau moyen.


Le système scolaire français n’a pas évolué depuis sa création et continue de valoriser les enfants de diplômés, les enfants d’ouvriers ayant moins de chances de réussir dans ce système.


Il semble que cette situation n’aille pas en s’améliorant, en effet aucune réforme n’est faite et personne ne semble réellement tenter de changer les choses pour permettre à tous les enfants d’avoir les mêmes conditions de travail.

SITOGRAPHIE
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2017/12/06122017Article636481656404997556.aspx
https://www.inegalites.fr/Pourquoi-l-ecole-francaise-est-elle-si-inegalitaire

Travail final (Julie)

L’éducation en France représente une problématique centrale aux débats de société actuelle. Notre société souvent jugée élitiste par d’autres pays met en effet l’accent sur la réussite scolaire afin d’assurer sa pérennité. Seulement, cet élitiste et cette « course » effrénée à la réussite pose la question des personnes qui échouent, et de la raison de leur échec. Beaucoup pensent que l’échec proviendrait non seulement de la motivation et du travail de la personne en question, mais également de son origine sociale, et ainsi des écoles, collèges et lycées qu’il aurait fréquentés.

Notre question est ainsi de voir si l’école française est réellement une école inégalitaire.

Afin d’objectiver ce rapport, il serait bon de poser quelques bases concernant la notion « d’inégalité », et ainsi donc « d’équité » en matière d’éducation. Pour se faire, nous pouvons nous appuyer sur la définition donnée par l’OCDE, l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques : « l’équité en éducation signifie que le système éducatif fournit les mêmes chances d’apprendre à tous les élèves ». Signifiant qu’un étudiant Blanc de classe sociale « favorisée » ayant établi son cursus scolaire dans les meilleurs école, collège et lycée, aurait les mêmes chances et clés de réussite mis à sa disposition qu’une élève Arabe, Noire, ou Asiatique, de classe « défavorisée » et ayant établi son cursus scolaire dans de (jugés) « modestes » école, collège et lycée.

Selon un rapport de l’OCDE, la classe sociale des parents, et donc de l’enfant, joue très clairement dans la réussite scolaire de ce dernier. En effet, seuls 17% des adultes nés de parents n’ayant pas de diplôme du second cycle auraient obtenu un diplôme de l’enseignement supérieur ; là où 73% des adultes nés de parents diplômés ont eux-mêmes été diplômés. Sans parler des diplômes, la performance dans certaines matières des élèves de classe socio-économique « supérieure » serait meilleure que ceux qui ne seraient pas issus de cette même classe. Pour donner un ordre d’idée de cet écart, il est important de préciser que ce dernier équivaut à un écart de quatre années de cours. En Europe, cette variation est perceptible en moyenne à 13%, là où elle l’est à 20% en France.

Nous pouvons cependant noter une spécificité de notre modèle d’éducation, puisqu’il n’est pas possible de constater ce « décrochage » significatif via des données numériques officielles. En effet, on notera une certaine stabilité dans les résultats, année après année, des étudiants français. Cette apparente stabilité est gage du « fossé » creusé entre les élèves qui échouent et ceux qui réussissent : les élèves en échec sont de plus en plus en échec au fil des ans, là où les élèves en réussite stabilisent la moyenne en réussissant de mieux en mieux, ou en gardant un niveau constant.

Nous pouvons expliquer ces mécanismes par le lieu de formation de ces élèves. Selon le même rapport, la moitié des élèves provenant d’un cadre défavorisé étudieraient dans des écoles elles-mêmes jugées défavorisées. La réputation de ces écoles peut être simplement expliquée grâce à un rapport de l’OCDE dans le cadre d’une enquête internationale PISA (Programme International de Suivi des Acquis), dans laquelle il fut révélé que ces établissement jugés de « seconde zone » n’accueilleraient en moyenne qu’un quart, voire moins, d’enseignants « pleinement certifiés » (ce terme impliquant que les enseignants aient obtenu leur diplôme en France via des concours certifiés), là où les autres établissements ne connaissent pas ce problème. Cette question soulève la représentation qu’on les français de l’enseignement professionnel, très généralement présent dans les établissements défavorisés.

Afin de limiter ces inégalités, la Cour des Comptes propose de recentrer les efforts de l’État en matière d’éducation sur les écoles primaires et les établissements les plus défavorisés (les ZEP -zones d’éducation prioritaire-, notamment). Cette politique est pourtant appliquée depuis une quarantaine d’années, sans grande évolution.

Il reste à remarquer les efforts, pas forcément suffisants mais évidents, de l’État concernant ces inégalités : 1,7 milliard d’euros a bénéficié, en 2017, à soutenir ce qui représente 20% des élèves français, avec un objectif de réduction de 10% des écarts de niveau entre les élèves en ZEP et les autres. De plus, des écarts significatifs en terme de réussite scolaire peuvent être mis en lumière par le simple fait d’une scolarisation précoce : en effet, selon l’enquête PISA précédemment évoquée, les élèves ayant suivi des cours en école maternelle pendant plus d’un ans réussissent mieux scolaire ment parlant que les enfants qui ne l’ont pas été. De plus, la lecture joue un rôle significatif dans l’acquisition des connaissances : les enfants prenant du plaisir à lire sont nettement meilleurs à l’école (en moyenne) que ceux qui n’aiment pas lire.

De ce fait, nous pouvons conclure que l’école française reste majoritairement inégalitaire, très précisément d’un point de vue socio-économique. Cependant, quelques solutions restent envisageables afin de rééquilibrer notre système scolaire.

Sitographie :

https://www.franceinter.fr/education/l-ecole-est-plus-inegalitaire-en-france-que-dans-la-plupart-des-pays-developpes-classement-pisa
https://www.lemonde.fr/education/article/2018/06/12/inegalites-scolaires-la-france-montree-du-doigt_5313518_1473685.html
https://www.liberation.fr/societe/2010/12/07/l-ecole-francaise-plus-inegalitaire-que-les-autres_698742

L’IA : UNE VRAIE AIDE POUR LES ENFANTS MALADES

L’intelligence artificielle est ancrée dans notre société et pourrait bientôt prendre plus d’ampleur avec la venue d’humanoïdes.Beaucoup de personnes voient d’un mauvais œil la création de robots, cependant ces machines peuvent se révéler être une aide considérable pour les enfants malades. Cela notamment dans le domaine de l’éducation, où les robots s’avèrent être des humains de substitutions capables d’aider ces enfants à un apprentissage réel.

En effet le développement de ces machines permettent aux enfants malades de suivre une scolarité « quasi-normale ». Le robot va prendre la place de l’élève et pourra transmettre toutes les informations nécessaires à une éducation complète. Il est parfois compliqué pour les enfants atteints de maladies graves de se rendre à l’école, pourtant leur souhait n’est pas d’abandonner.C’est pourquoi il faut trouver un moyen pour qu’ils puissent suivre à distance, alors si ils ne peuvent pas aller à l’école, c’est l’école qui viendra à eux. Les robot vont pouvoir soit enregistrer le cours, le filmer, ou encore permettent aux enfants d’assister aux cours par leur intermédiaire.

Nous pouvons prendre l’exemple du robot baptisé Beam. Il ne ressemble pas vraiment à un humain mais plus à une machine roulante avec un écran qui lui sert de « tête ». Son créateur, le group eaméricain Suitable Technologies le distribue en France grâce au lyonnais Awabot. Cette objet est libre de ses mouvements , il se déplace à distance et peut aller n’importe où.

En région Auvergne-Rhône-Alpes il est utilisé depuis quatre ans pour aider la scolarisation d’élèves qui ne peuvent pas assister aux cours pour des raisons médicales. C’est le cas de Lydie du lycée de Carriat de Bourg-en-bresse, souffrante d’asthme sévère. Elle a de nombreuses absences répétées qui l’empêche de pouvoir venir au lycée comme tout le monde et tous les jours. Elle peut ainsi suivre le cours via le robot, et maintenir ses résultats. Autre avantage, elle peut aussi parler à ses camarades grâce à Beam, et ne pas perdre le contact avec les membres de sa classe ou encore ses professeurs. Ce robot ne déshumanise pas les liens mais permet de les garder intact comme si Lydie était en classe.

L’idée n’est donc pas d’être remplacée par une machine, ou de la laisser travailler à notre place, mais c’est une aide non négligeable pour beaucoup de jeune scolarisés qui sont dans l’incapacité d’aller à l’école. Ces robots sont un véritable progrès dans l’éducation,car ils permettent un enseignement à distance, tout en faisant parti de la classe. Ils se révèlent être une vraie aide pour les enfants malades.

L’IA FAVORISE LA MÉMORISATION ET L’APPRENTISSAGE A LA MAISON

L’IA au sein de l’éducation permet d’améliorer la mémorisation du cours. La mémorisation à long terme est favorable lorsque les révisions sont espacées, et c’est ici que l’IA entre en jeu. En effet la technologie peut apprendre et propose des «rappels » , on parle donc de « machine learning » oud’apprentissage automatique qui est une branche de l’IA en pleine évolution.

Le « machine learning » calcule les « réponses moyennes » pour prédire le comportement du nouvel élève.L’utilisation de l’intelligence artificielle a donc pour but d’améliorer la mémoire humaine et donc nous créer une « mémoire augmentée ».

L’idée est d’augmenter notre mémoire pour qu’elle soit aussi performante que celle d’un ordinateur et ainsi stocker le plus d’informations possible. Il s’agit de repousser nos limites et nous aider à mieux faire certaines choses, notamment dans le domaine de l’éducation en ce qui concerne l’apprentissage des leçons. Au lieu de nous laisser dépasser par l’intelligence artificielle, il vaut mieux l’apprivoiser pour qu’elle puisse faire ressortir le meilleur de nous même.

Pour l’instant l’Homme ne peut pas rivaliser avec la mémoire d’une machine. Mais la machine peut l’aider à apprendre d’avantage et à retenir de plus en plus.

Ensuite l’IA favorise un apprentissage à la maison, et plus particulièrement celui des langues étrangères.

L’éducation est très tournée sur l’ouverture culturelle, à travers l’enseignement de langues étrangères. Seulement les matières liées à l’anglais ou à l’allemand sont souvent la « bête noire »des élèves. L’IA peut ainsi pallier à ce manque de connaissances dans les langues par plusieurs moyens.

Tout d’abord par les nombreux traducteurs, très pratiques pour chercher du vocabulaire. Plus interactif et rapide que le dictionnaire, tous les sites de traduction sont beaucoup utilisés dans l’acquisition d’une nouvelle langue. On parle de TAL ( traitement automatique des langues ), qui assure 3 fonctions :  la création ou la modification automatique de textes (traduction,génération, correction, reformulation…) ,  le traitement du signal (reconnaissance, synthèse et traitement de la parole), l’extraction d’information (recherche, reconnaissance,classification…). On site plusieurs TAL comme Acapela, Wordle, ouencore Google Traduction qui sont à la portée de tous, et qui facilitent la recherche de vocabulaire, ou encore la construction des phrases.

Il existe également Lingu, un coach interactif du site Lingualia. Ce professeur en ligne permet de personnaliser le parcours de chaque élève, et d’avancer à son rythme. Les séances sont planifiées en fonction de notre emploi du temps, pour avoir un parcours sur mesure.Ce site basé sur l’intelligence artificielle est très prometteur pour l’apprentissage des langues étrangères.

On se rend compte que l’intelligence artificielle est très pratique pour performer son apprentissage à la maison par différents logiciels. On pourra ainsi s’avancer sur le programme, revoir des notions, travailler son accent et encore pleins d’autres possibilités. Tout cela est vraiment bénéfique pour le domaine de l’éducation.

L’IA s’adapte aux besoins des élèves en créant des aides personnalisées 

La start-up Peter a développé en 2017 un chatbot du même nom, qui peut répondre aux questions des élèves de la 6ème à la terminale. Il est d’ailleurs passé de 1000 à 100 000 membres en moins de 48h.

Les élèves ont ensuite eu la possibilité d’eux-mêmes poser des questions à d’autres élèves pour s’entraider, grâce à un système donnant-donnant en monnaie virtuelle. Dès qu’un élève en aide un autre, il gagne du temps pour pouvoir se faire aider sur un autre sujet. Les élèves se sentent alors valorisés, et sont incités à donner pour recevoir en échange. 

Il faut moins d’une minute à Peter pour trouver un élève qui pourra en aider un autre dans une matière spécifique, ainsi les élèves peuvent avoir accès facilement et rapidement aux informations qu’ils cherchent. De plus, il sélectionne l’élève le plus compétant pour répondre aux questions posées.

Le but de ce chatbot n’est pas de remplacer les professeurs mais de proposer aux élèves des solutions complémentaires dans leur apprentissage. En effet, ce chatbot permet aux élèves d’accéder à une nouvelle version de leur cours, afin de faciliter leur apprentissage et leur compréhension.

En somme, l’IA permet de sortir l’apprentissage de la classe et de le proposer d’une manière différente.

Une autre start-up française, Domoscio, permet un apprentissage adapté (adaptative learning) dans l’éducation.

En effet, chaque individu apprend et retient des informations différemment car chaque cerveau est différent. Cette start-up associe le big data, données massives qui dépassent les capacités humaines d’analyse, des sciences cognitives et l’IA afin d’optimiser au mieux l’assimilation et la consolidation des informations.

Domoscio possède un système de recommandation de parcours adapté au rythme, aux compétences, aux objectifs et aux préférences de l’utilisateur. Il suggère également des pairs avec qui travailler, pour que l’entraide soit favorisée. Un système de révision est également mis en place pour élaborer un plan de révision adapté à chacun. De plus, l’ancrage adaptatif permet de consolider les connaissances, la mémorisation et améliore les impacts de l’apprentissage. Les données collectées permettent de mesurer la vitesse d’oubli pour chacun, et des algorithmes mis en place envoient un rappel juste avant que les connaissances et les compétences disparaissent.

L’apprenant profite d’un parcours personnalisé, il peut assimiler plus vite et durablement tout en suivant sa progression, pendant que le formateur peut mesurer les impacts de son apprentissage, pour ajuster ses cours en anticipant les difficultés. 

L’IA est une aide pour les professeurs

L’intelligence artificielle peut être d’une grande aide dans le domaine de l’éducation. En effet, les professeurs peuvent facilement être aidés par l’IA.

Les cours des enseignants peuvent être améliorés. En effet, les professeurs ne se rendent pas toujours compte des points négatifs de leurs cours, ou de leur manière d’enseigner. L’IA pourrait alors être d’une grande aide. Souvent, les erreurs des élèves lors de contrôles sont similaires entre plusieurs élèves : ne serait-ce pas, en partie, dû au professeur qui n’aurait peut-être alors pas assez expliqué ou approfondi la notion ? L’intelligence artificielle est un moyen de détecter ce genre de problèmes. Par exemple, un système intelligent de correction des copies peut jouer un rôle d’assistant pour leur professeur et l’avertir des lacunes des élèves.

Le système avertit le professeur et propose aux élèves un message personnalisé avec des conseils pour trouver la bonne réponse. Ce type de système permet de combler les lacunes constatées dans les explications et de confirmer que de nombreux élèves commettent les mêmes erreurs. De cette manière, le professeur peut non seulement savoir quelle partie de son cours est à améliorer, mais le système intelligent pourra également donner une correction personnelle pour chaque élève : l’enseignant n’aurait pas à perdre du temps de cours pour corriger les évaluations individuellement et de manière précise.

En plus de cela, l’intelligence corrigera les interrogations, ce qui peut apporter une grande aide aux professeurs, même s’il choisit de relire le travail de la « machine ».

De plus, le rôle des professeurs pourrait être modifié. Il sera toujours important, mais les systèmes informatiques intelligents vont prendre une certaine place. En effet, l’intelligence artificielle peut devenir un substitut pour le professeur. Ce serait alors une aide, un assistant.

Exemple de Jill Watson créé par Ashok Goel : c’est un robot qui joue le rôle de professeur assistant. Il a été créé par un enseignant, qui l’a utilisé avec ses élèves, mais sans qu’ils le sachent. Ainsi, lorsque les élèves posent des questions sur les forums (moodle), Jill y répond pour diminuer la charge de travail du professeur. De cette manière, Jill Watson répond à 40% des questions posées (soit environ 40 000 questions qui reviennent souvent d’une année sur l’autre). Pour ce faire, il trie tout d’abord les questions, parce qu’il ne choisit pas les questions auxquelles il répond au hasard. Il les tris en fonction des questions les plus répétées, celles que le plus grand nombre d’élèves se posent.

Ensuite, il répond aux questions de la manière la plus pertinente. Le résultat de cette expérience a été un succès : pendant un semestre d’utilisation, les étudiants ne s’en sont pas rendu compte et ont toujours pensé que c’était leur professeur qui leur répondait. En effet, les réponses aux questions ont été rentrées manuellement avant de lancer Jill, ce qui permet d’éviter toute forme d’erreur de la machine !

Pour conclure, l’IA peut constituer une aide non négligeable pour les enseignants, sans pour autant pénaliser les élèves, au contraire.